Truc & Astuce

 

 

 

 

Bases : les carres

En roller comme en ski ou en patinage sur glace, le rider passe successivement sur les différentes carres. Mais que sont les carres ? La première fois que l'on entend ce mot-là on se demande même comment cela s'écrit. Définition...

 

Jouez avec vos carres

 

Parler de carres en patin est un peu abusif, mais on utilise ce terme régulièrement en parlant du roller, à cause de sa ressemblance avec le patin à glace. Cette notion est également commune avec le ski.

Les carres peuvent être matérialisées par les bords extérieurs des lames de patins à glace. En roller ce sont les parties externes et internes des roues.

Le fait de patiner sur une carre (dehors, dedans, avant ou arrière) dessine un arc de cercle sur le sol. Mettre sa masse sur une carre déclenche un virage si le corps s'incline en même temps.



Nous avons donc 4 carres (voire 8 si l'on compte l'avant et l'arrière) :

- extérieure gauche,

- extérieure droite,

- intérieure gauche,

- intérieure droite.

 

Carres interne

Les carres internes sont placées entre vos pieds. Ce sont les plus utilisées en roller. Elles sont sollicitées lors de chaque poussée.

Les patineurs débutants reposent souvent sur leurs carres internes au repos (position à corriger !).

Carres externe

Les carres externes sont situées à l'extérieur de vos patins. On les emploie notamment en virage. Elles sont très utilisées en patinage artistique, en slalom, ou que l'on fait de la double-poussée (voir la section vitesse).

Carres neutre

On parle de carres neutres quand les patins sont à plat, ni en carre interne, ni en carre externe. Au repos, si l'on est bien placé, les patins sont dans cette position.

 

Si ce n'est pas le cas, vérifiez :

- le bon serrage des patins,

- le placement de la platine,

- que cette position ne vient pas de votre morphologie (genoux en dedans ou en dehors...).

 

Et en croisé ?

Le virage en croisé utilise systématiquement la carre externe du pied à l'intérieur du virage puis les carres neutres et internes du pied à l'extérieur du virage.

Au moment où la jambe à l'intérieur du virage passe derrière la jambe d'appui, elle appuie sur la carre externe. Pendant ce laps de temps, la jambe d'appui est en carre interne.

 

 

 

J’entretiens mes rollers

Il n’est pas nécessaire de démonter entièrement un roulement à chaque nettoyage. D’ailleurs, dans la mesure du possible, évitez de le faire car l’opération est douloureuse pour le matériel : perte d’étanchéité, déformation des flasques et des billes sont autant de risques potentiels pour un gain parfois minime.

 

Moins le roulement est maltraité et plus il restera étanche. Ne le démontez donc qu’en cas d’absolue nécessité (eau ou sable à l’intérieur, crissements…).

 

UN ENTRETIEN LÉGER ET EFFICACE

Tout comme pour une voiture ou toute autre machine l’entretien doit cependant être régulier.
Vérifiez votre matériel toutes les 5 à 10 sorties ou en fonction de l’intensité de votre pratique et des conditions climatiques. Commencez d’abord par :
- sortir les roues,
- nettoyer la surface des roulements sans les extraire des moyeux à l’aide d’une brosse à dents ou de papier essuie-tout,
- profitez-en pour nettoyer aussi la platine d’un coup de chiffon et de brosse à dents.

 

DURANT UNE COURSE

Si vous n’avez pas le temps ou les outils pour effectuer l’entretien, pensez au 3 en 1 !
- Pulvérisez-en sur chaque roulement,
- faites tourner les roues rapidement pour éjecter l’excédent,
- nettoyez les roues avec de l’essuie-tout.

 

Si le démontage est inévitable…

 

Il ne vous reste plus qu’à vous munir de quelques outils et à avoir deux heures devant vous !

 

MATÉRIEL NÉCESSAIRE

- pétrole/dégraissant,
- huile, graisse ou gel,
- aiguille ou épingle,
- tournevis/clef pusher,
- récipient étanche (boite d’origine, tube d’aspirine),
- chiffon,
- essuie-tout

 

ETAPE N°1 : EXTRACTION DU ROULEMENT

 

Une fois la roue démontée et sortie de la platine, le but va être de sortir le roulement sans trop le tirailler ou le déformer.
Le mieux reste d’utiliser une clef roller avec un coude extracteur qui permet de tirer le roulement dans l’axe. Il s’agit alors :
- d’insérer le coude de la clé dans le centre du roulement
- de le tirer tranquillement vers soi,
- éviter de trop faire levier car cela déforme sa structure,
- si cela ne vient pas, faire doucement levier en tournant un peu la roue au fur et à mesure pour dégager le roulement progressivement.

Vous pouvez aussi utiliser l’extrémité longue de la clé pour faire levier ou un tournevis.
Il est préférable de trouver une solution pour pousser le roulement dans l’axe : le fait de le soulever. Ne perdez pas l’entretoise (la petite pièce entre les deux roulements !)

.

 

CAS PARTICULIERS AVEC DES AXES DE 6 OU 7 MM

Le démontage se fait comme indiqué ci-dessus pour les patins équipés d’axes de 8 mm. Il peut arriver que les rollers comportent des axes de 6 ou 7 mm. Dans ces cas là, l’entretoise possède généralement une partie plus longue qui vient s’insérer dans le roulement. Il faudra alors pousser sur l’entretoise à l’aide d’une clé pusher ou d’un axe de 8 mm. Cela poussera le roulement opposée l’entretoise en même temps.

Astuce :
- extraire un axe, un roulements et une entretoise,
- glisser l’entretoise sur l’axe,
- utiliser ce nouvel « outil » comme « poussoir » pour les autres roues.

 

ETAPE N°2 : NETTOYAGE DE LA SURFACE

 

Lorsque le roulement est extrait de la roue, il faut ensuite débarrasser la surface des impuretés qui restent.
Si vous avez déjà nettoyé la surface avant de sortir le roulement de la roue, vous pouvez finir de le nettoyer avec du papier essuie-tout.
Vous pouvez à nouveau utiliser une brosse à dents pour repoussez les saletés vers l’extérieur.
Effectuez de petits cercles de l’intérieur vers l’extérieur du roulement, cela permet d’éviter que la poussière ne rentre. Finissez en enlevant le surplus de gras avec du papier essuie-tout.
Astuce : pour nettoyer l’alésage (le trou central, vous pouvez plier un coin d’essuie-tout pour en faire une pointe et enfiler le roulement dessus, cela enlèvera la saleté rapidement.

Astuce : La solution la plus efficace est l’air comprimé. Pour ceux qui n’ont pas de compresseur chez eux, l’air sec comprimé en aérosol utilisé pour l’entretien des ordinateurs marche très bien.
Certains utilisent même des cuves à ultra-sons pour nettoyer les roulements.

 

ETAPE N°3 : DÉMONTAGE DES FLASQUES

Attention ! Certains roulements sertis ne sont pas démontables !
Vérifiez donc d’abord :
- la présence de flasques élastomères (plastiques) pour les roulements 608DD,
- ou métalliques pour les 608ZZ (on voit aussi un circlips sur ces modèles).

Dans le cas de flasques élastomères, la tâche est simple, il suffit d’insérer l’aiguille entre les flasques et l’axe central du roulement. Allez-y en douceur les flasques sont souples et fragiles.

 

Pour les flasques métalliques, il faut extraire les circlips (anneaux métalliques ouverts en forme de C) en soulevant une extrémité à l’aide de l’aiguille. L’opération peut être longue et minutieuse mais nécessaire si les roulements sont vraiment sales.
Une rapide inspection vous permettra de juger de l’état des billes. Si elles commencent à rouiller votre roulement est probablement fichu.

 

ÉTAPE N°4 : DÉGRAISSAGE

- immergez les roulements dans un récipient étanche rempli de pétrole ou de « White-Spirit » (ce dernier peut être corrosif pour les roulements),
- secouez énergiquement l’ensemble pour séparer les impuretés des roulements, (protégez-vos yeux en cas d’éclaboussures !),
- laissez agir 5 minutes,
- sortez les roulements du liquide,
- posez-les sur une feuille d’essuie-tout qui absorbe le liquide,

 

ÉTAPE N°5 : LE SÉCHAGE

Il est très important de bien sécher les roulements avant de les lubrifier.
- Faites tourner les roulements autour de leur axe, la force centrifuge éjecte le dégraissant.
- Finissez le séchage au papier essuie-tout.

Astuce : Vous pouvez utiliser une soufflette à air comprimé, mais il ne faudra pas faire tourner les roulements trop vite ou trop longtemps sans lubrifiant. Si vous utilisez cette technique, protégez vos yeux des éclaboussures.

 

ÉTAPE N°6 : LUBRIFICATION

Tout dépend de votre usage, de la saison et de vos moyens financiers. Si vous faites de la vitesse, oubliez la graisse et optez pour de l’huile ou du gel pour roulements.
Si vous faites de la randonnée et que vous ne voulez pas vous trop vous ennuyer avec l’entretien, optez pour la graisse, en particulier en hiver. Elle préservera vos roulements des intempéries et assurera une bonne durée de vie.
Vous pouvez utiliser de l’huile mais sa fluidité étant supérieure à celle de la graisse, elle protège moins les roulements et demande une surveillance plus constante.
Conseil : Quelque soit le lubrifiant, quelques gouttes suffisent. Ne surchargez jamais vos roulements, ils dégorgeraient l’excès sur les roues, les rendant glissantes. De plus, la graisse fixe la poussière.

 

ÉTAPE N°7 : REMONTAGE ET SUPPRESSION DU SURPLUS DE LUBRIFIANT

- Remettez les flasques,
- reposez les circlips,
- faites tourner les roulements entre vos doigts le plus vite possible pour éjecter l’excès de lubrifiant,
- nettoyez la surface du roulement et voilà ! Ouf !

 

ENTRETIEN DES ENTRETOISES

Si elles sont en plastique, vérifiez simplement qu’elles n’ont pas éclaté de temps à autre. Si elles sont en métal. L’entretien se limite à enlever la poussière qui risquerait d’entrer dans les roulements.
Attention lorsque vous changez vos entretoises, diverses références existent avec deux diamètres : 7 et 8 mm.

 

Quelques astuces…

En ce qui concerne l’entretien des roulements, chacun a ses petites recettes…

 

POUR DÉGRAISSER : LA TECHNIQUE DU POT DE CORNICHON…

Une autre solution simple peut être utilisée pour ne pas se salir les doigts en allant chercher les roulements au fond du pot : garder vos pots à cornichons pour nettoyer vos roulements, avec le petit panier plus besoin de plonger dedans.
Merci à Slide59

 

ÉBOUILLANTER LES ROULEMENTS DANS DE L’EAU

Les remous vont désincruster les billes et les axes… Avec cette technique, ça se dégraisse tout seul, et plus, pas besoin d’acétone, de pétrole ou autre dégraissant.

 

L’AIR COMPRIMÉ

Le plus efficace et le plus rapide reste tout de même le « Karcher » et la soufflette à air (c’est aussi le plus drôle, tout le monde veut tenir le pistolet…)
C’est extrêmement rapide et propre. il faut mettre les roulements entre deux grilles métalliques ou sur une longue vis ou tout autre support, pour ne pas que les roulements se fassent la malle.
Si vous tenez les roulements à la main, portez des gants pour éviter les échardes de métal. Mettez également des lunettes de sécurité pour vous préserver des projections dans les yeux.

 

POUR LUBRIFIER

Quelque soit le lubrifiant, vous pouvez le glisser dans une seringue qui permettra de le déposer plus précisément.
- déposer une goutte de graisse entre chaque bille, mais pas trop,
- remettre le serre-clip,
- faire tourner les roulements sur leur axe afin de supprimer l’excès de graisse et enlevez le surplus avec un chiffon.
Merci à Franklin et ses amis pour cette astuce

 

UN BON TRUC POUR DÉROUILLER LES ROULEMENTS

On peut tremper les roulements rouillés ou même gripper dans du L.H.M. (liquide de frein Citroën) une nuit.
Le lendemain, les faire tourner à la main pour enlever la rouille, puis, les nettoyer au pétrole et les re-huiler. Ils sont comme neufs !
 

 

ET SI LES ROULEMENTS NE SONT PAS DÉMONTABLES ?

Il peut arriver que les roulements soient sertis (indémontables), dans ce cas là, il n’y a qu’une solution, le 3 en 1 !

 

 

Source de cette article www.rollerenligne.com